Le lexique de la grossesse !

Vous vous en êtes probablement rendu compte, mais j’utilise un certains nombres de mots “scientifiques” dans les articles. Vous en avez peut être également entendu certains dans la bouche de vos docteurs/sage femme/ kiné, sans forcément oser demander leur signification alors voyons ensemble ce qu’ils veulent dire !

Les mots d’anatomie

Symphyse pubienne; C’est l’articulation située en avant du bassin formée de cartilage. Elle est juste en avant de la vessie et au dessus des organes et de la vulve chez la femme. Pendant la grossesse, en partie à cause des hormones et pour préparer l’accouchement, les articulations se relâchent pouvant provoquer des douleurs de type cisaillement ou inflammatoire sur cette articulation. Certaines femmes auront donc des douleurs très prononcées au niveau de l’entre jambe pouvant plus ou moins irradier dans les cuisses à cause des mouvements de cette articulation.

Pelvis: Il s’agit, en fait, du bassin donc de l’ensemble des os et articulations qui contient l’uterus et donc le bébé pendant la grossesse

Diaphragme: C’est un muscle qui forme une coupole au dessus des organes de l’abdomen et qui les sépare des organes situés dans le thorax. Outre ce rôle séparateur, le diaphragme est le moteur principal de la respiration. Il est en lien direct avec le périnée et ils fonctionnent ensemble.

Pubis: Dans le langage courant, il définit la zone osseuse situé entre le bas du ventre et le vagin

Coccyx: C’est la dernière portion de la colonne vertébrale, le petit os que l’on sent au niveau du pli fessier. Il est régulièrement traumatisé lors de l’accouchement, pouvant laisser des douleurs sur le long terme en post partum.

Périnée: C’est l’ensemble des muscles qui s’étendent du pubis au coccyx. Il s’agit d’un genre de trampoline qui soutient les viscères localisés dans le bassin et assure, par sa contraction, la continence et, par son relâchement, la miction, l’accouchement et la défécation.

Col de l’uterus:  Pendant 9 mois, bébé grandit au chaud dans l’utérus de sa maman. La partie étroite et allongée de l’utérus est appelée col de l’utérus : pendant les neuf mois de maternité, le col est contracté et protège bébé. Sous l’effet des contractions, il va se dilater, raccourcir, puis s’ouvrir millimètre après millimètre, permettant ainsi à votre tout petit de voir le jour.

Transverse de l’abdomen: Il joue un rôle majeur au niveau de la contention des structures viscérales. Ce muscle de l’abdomen est à la fois profond et large. Associé à l’action des autres muscles environnants, il assure la flexion de la colonne thoraco-lombaire et permet d’effectuer une pression abdominale indispensable dans les mécanismes de la miction, de l’accouchement ou de la défécation.

Grands droits de l’abdomen: C’est un muscle séparé en deux parties symétriques et plusieurs segments fibreux. Il est localisé sur la paroi antérieure de l’abdomen, entre le sternum et le pubis. La ligne blanche passe au milieu du muscle droit de l’abdomen. C’est un muscle d’une grande résistance qui permet l’expiration, protège les viscères et permet la flexion du tronc et du bassin.

Ligne blanche: désigne la lame tendineuse qui s’étend du sternum au bord supérieur du pubis. Située sur la ligne médiane du corps, la ligne blanche sépare les muscles grands droits de l’abdomen placés de chaque côté.

Diastasis: C’est la séparation de la partie droite et gauche des droits de l’abdomen. On peut, alors, observer un trou au milieu et le ventre devient proéminent. Physiologique pendant la grossesse (pour laisser la place au bébé), il doit se refermer en post natal de façon à protéger les viscères, le périnée et le dos.

Méthode de préparation à l’accouchement

Methode Abdo mg: C’est une méthode de rééducation fonctionnelle spécifiquement abdominale qui respecte la physiologie. Elle associe le souffle régulé dans un embout d’expiration spécifique et une stimulation abdominale déclenchée par ce même souffle. L’objectif principal du concept ABDO-MG est de permettre à tous de garder une sangle abdominale compétente pendant la grossesse et en post partum, moteur du souffle et d’intégrer de bons réflexes dans les gestes quotidiens. Cette méthode permet également une expulsion non délétère pour la sangle abdominale, les viscères et le perinee au moment de l’accouchement.

Epi no; C’est un genre de petit ballonet qui se place au niveau du vagin. Il va être utilisé de 2 façons:

  • Pour contracter le périnée: Grace à un cadran qui servira de biofeedback, la future ou nouvelle maman pourra visualiser ses contractions du périnée
  • Pour relâcher et étirer le périnée: Le ballon se gonfle permettant d’étirer les muscles du périnée et les préparer au passage du bébé.

Haptonomie; C’est une technique de caresses et de contacts adressés au bébé par les parents.

Rééducation Hypopressive

Parfaitement adaptée aux femmes venant d’accoucher et à toutes celles et ceux qui présentent une faiblesse périnéale se traduisant notamment par une incontinence urinaire, cette forme de gymnastique douce, également recommandée pour les sujets souffrant de nombreux troubles fonctionnels (maux de dos, migraines, etc.), associe postures spécifiques et respiration diaphragmatique. L’une de ses particularités est d’amener celui qui la pratique à creuser littéralement le ventre pendant l’expiration, de manière à soulager la pression lors de l’effort. Cette technique permet ainsi de renforcer la sangle abdominale tout en préservant le périnée et en permettant à ce dernier de travailler pour entretenir sa tonicité.

Matériel

Ceinture de grossesse: Ce n’est pas une gaine sur laquelle on se repose. Non, cette ceinture là, permet de conserver une contraction du transverse de l’abdomen ainsi que des muscles profonds du dos tout en nous obligeant à nous grandir au maximum en position étirée. Elle va permettre de repositionner le bassin et les viscères dans une bonne position, évitant ainsi la pression contre la paroi antérieure du ventre et donc le trou potentiel entre les abdos (appelé diastasis médicalement). C’est une stabilisation du bassin laissant libre de tous mouvements qui ne crée pas de douleurs sur le ventre.

Pessaire cube: C’est un cube (comme son nom l’indique) en silicone qui va se placer en intra-vaginale. Pour maintenir les organes pelviens (vessie et utérus surtout) et atténuer les symptômes de grossesse dus au poids de l’utérus (pesanteur, douleur, béance, incontinence urinaire d’effort)

Ballon de grossesse: C’est ce gros ballon sur lequel on peut s’asseoir, compagnon des exercices anti douleur pendant la grossesse et qui pourra même vous accompagner à la maternité pendant le début de travail afin de faciliter l’engagement du bébé et rendre supportables les contractions.

Coussin d’allaitement/coussin de maternité: Il est votre meilleur ami lorsque vous souffrez de jambes lourdes, de sciatiques, de lombalgies au cours de votre grossesse. Il vous accompagne pendant les cours de préparation à la naissance. Il est le compagnon de vos siestes et de vos nuits paisibles, en cela il frise même la place d’amant  quand  vous ne savez plus comment vous positionner pour dormir ou vous détendre. Il sera également votre allié pour nourrir le bébé sans vous faire mal au dos.

Les désagréments de la grossesse

Fuites urinaires: Il s’agit de fuites involontaires d’urines, non précédées d’un besoin d’uriner et survenant lors d’efforts tels que éternuement, rire, toux, port de charge, changement de position. Dans les cas extrêmes, ce type d’incontinence peut également se rencontrer pour des efforts simples tels que la marche.

Impatiences: Le syndrome des jambes sans repos consiste en un besoin incontrôlable de bouger ses jambes, en particulier quand on est au repos, par des impatiences (c’est pour cela que l’on parle aussi d’impatiences dans les jambes). Les causes sont encore assez méconnues.

Varices: C’est une dilatation permanente d’une veine superficielle entravant le retour du sang vers le muscle cardiaque. Les varices sont des veines qui se sont dilatées et qui sont de couleur bleuâtre. Les varices se développent le plus souvent au niveau des jambes, mais également sur les cuisses.

L’examen médical et l’accouchement

Examen du col: Ce contrôle du col vise à évaluer la qualité du muscle de façon à prévenir notamment les risques d’accouchement prématuré.

Episiotomie: Au moment de l’accouchement, elle consiste à pratiquer, par le médecin accoucheur ou la sage-femme, une petite incision chirurgicale de quelques centimètres au niveau de la vulve sur la paroi vaginale et sur les muscles du périnée afin de permettre au bébé une sortie plus facile. Elle est pratiquée généralement du côté droit mais il arrive qu’elle soit médiane. On l’a fait pour éviter une déchirure du périnée allant jusqu’à l’anus et pouvant provoquer des dommages importants sur les sphincters. Elle ne doit pas être systématiquement pratiquée sauf si il y a réellement un risque de déchirure importante.

Ventouse: Elle ressemble à un petit bol en plastique flexible relié par un tube à un appareil de succion. La ventouse est installée sur le dessus de la tête du bébé, légèrement vers l’arrière. Elle est destinée à saisir la tête de l’enfant pour en faciliter l’expulsion lors de l’accouchement.

Forceps: Ils ressemblent à de grosses cuillères à salade : il s’agit en fait d’un instrument en forme de pince, constitué de deux cuillères métalliques, destiné à saisir la tête de l’enfant pour en faciliter l’expulsion lors de l’accouchement. Il y a différents modèles et plusieurs marques de forceps.

Péridurale:  C’est une technique d’anesthésie loco-régionale consistant à introduire un catheter dans l’espace péridural (espace anatomique entourant la dure-mère d’où son nom) permettant la diffusion d’un produit actif anesthésiant.

Le bébé

Prématurité: votre bébé sera considéré comme prématuré s’il arrive avant 37 semaines d’aménorrhée et comme grand prématuré avant 32 semaines d’aménorrhée.

Dépassement de terme: Apres 41 SA, on parle de dépassement de terme. Il faut consulter immédiatement, cela peut être dangereux pour votre bébé et pour vous même.

DPA (Date Prevue d’Accouchement):  En France, on considère que l’on accouche à 41 semaines d’aménorrhée (39 semaines de grossesse). Ce n’est pas la même chose partout ! En Angleterre, par exemple, c’est à 39 semaines d’aménorrhée.

Post natal

Retour de couche: C’est la reprise des règles après l’accouchement. Il se produit habituellement dans un délai de un à deux mois chez les femmes qui n’allaitent pas et dans un délai de un à trois mois (parfois jusqu’à quatre ou cinq) chez celles qui allaitent.Ces règles sont plus longues et plus abondantes qu’habituellement. Les premières règles suivant l’accouchement ne font pas toujours suite à un cycle ovulatoire: 90 % des femmes n’ovulent pas avant leur retour de couches, donc une ovulation et une fécondation sont possibles pour environ 10 % des femmes.

 

 

 

Elodie Poissenot

Masseuse kinésithérapeute, spécialiste dans la rééducation du périnée et la préparation à l'accouchement. Cookie addict :) Mon objectif : aider un maximum de femmes à passer une grossesse en pleine forme et à se remettre après la naissance.

Click Here to Leave a Comment Below

Hesti - octobre 9, 2017 Reply

Bonjour,
Merci pour toutes ces informations intéressantes !
Cependant, concernant l’épisiotomie, il est démontré depuis 2005 qu’elle n’a aucun intérêt pour éviter les déchirures. Elle n’empêche pas les plus graves, auxquelles elle se superpose souvent, n’empêche pas les incontinences urinaires, et cicatrise souvent moins bien que les petites déchirures, qui se font dans le sens des fibres.
Bref, son seul véritable intérêt est d’accélérer le mouvement… pour faire sortir bébé plus vite en cas de complication, mais aussi malheureusement bien souvent pour faire gagner du temps au praticien, rien de plus.
L’essentiel des infos est sur le site du collège national des gynécologues et obstétriciens de France :
http://www.cngof.asso.fr/D_PAGES/PURPC_14.HTM
Et il y a pas mal de débats en ce moment en France, notamment au vu du taux d’épisiotomie chez nous, qui dépasse de très loin celui des autres pays d’un même niveau médical, notamment le Royaume-Uni il me semble.
Bonne continuation sur votre blog, et bon accouchement, s’il n’a pas déjà eu lieu !

    Elodie Poissenot - octobre 14, 2017 Reply

    Bonjour Hesti,
    Merci pour votre commentaire qui est très intéressant (c’est toujours un plaisir de lire des gens passionnés!). En effet, son principal intérêt est d’accélérer le mouvement et d’aider en cas d’extraction instrumentale (ventouse et forceps). Et encore, ce n’est pas toujours le cas. J’ai fait mes études à Besancon (hôpital avec le taux d’épisiotomie le plus bas en France) et même en cas d’instruments, ils ne font pas nécessairement d’épisiotomie. Ma sage femme me racontait d’ailleurs que certaines jeunes sage femme ayant fait leurs études puis travaillées dans cet hôpital n’avaient jamais vu d’épisiotomie. Et il n’y a pas de plus de périnée compliquée (= grosse déchirure) qu’ailleurs.
    Mais pour éviter ces déchirures, encore faut il savoir préparer le périnée et ralentir le passage de la tete du bébé au moment de l’expulsion (ce qui malheureusement n’est pas possible dans des grosses maternités puisque cela demande de prendre son temps et suivre la future maman étape par étape). Si cela n’est pas fait, la déchirure est plus probable par expulsion non contrôlée et touchera plus de muscles “sensibles” qu’une épisiotomie. C’est pour cela que les études sont difficilement interprétables et que pour la défense des soignants, ne pas pratiquer l’épisiotomie tout en préservant le périnée demande des moyens (en temps et personnel) qu’ils n’ont que rarement.
    Travaillant à Londres, je peux vous dire qu’effectivement l’épisiotomie n’est pas pratiquée régulièrement (malheureusement pas par conviction mais par manque de formation, de temps et de personnel soignant) mais je n’avais jamais vu autant de cas aussi compliqué que la bas (descente d’organe post accouchement, déchirure du sphincter anal, douleur perineale…) donc il faut aussi faire attention à ce genre de comparaison..
    Habitant en Angleterre, j’ai d’ailleurs préféré rentrer accoucher en France pour éviter des complications trop importantes (A besancon qui plus est, il est vrai que j’ai de la chance de pouvoir intégrer cet hôpital “pilote”).
    Bonne continuation à vous également Et n’hésitez pas à lire les autres articles (et à commenter), vous pourrez probablement y trouver une approche plus développée des pros et cons de l’épisiotomie !

Leave a Reply: